Partir en vacances est devenu une pratique culturelle ouverte à tous, même lorsque l’on est atteint d’un déficit intellectuel ou physique... Mais qu’en est-il pour les personnes dont les lésions sont jugées trop graves pour une intégration dans un séjour touristique ?

Quelles réponses apporter aux résidants des établissements médico-sociaux qui ne partent plus en séjours de transfert, devant l’évolution de la réglementation du travail, pour les professionnels de ce secteur ?

Quel nouvel horizon pour ceux qui vivent en institution, et qui n’ont plus de famille pour les accueillir le week-end ou en vacances ?

Quelle alternative inventer pour les personnes dépendantes, faisant le choix de vivre seules et pour lesquelles un lieu d’accueil temporaire constitue un relais pour rompre la solitude ?

Quelle offre de service permet à la fois de soulager les familles dont le proche, malade ou handicapé, vit à leur domicile, tout en donnant à celui-ci une bouffée d’oxygène ?  

photo1Face à ces multiples interrogations, doit-on considérer la dépendance comme une fatalité face à laquelle la réponse s’organise par le vide et le désespoir, ou au contraire, forger un projet humaniste avec le souci d’assurer une meilleure qualité de vie à ces personnes ? C’est vers cette deuxième orientation que l’association RIVAGE s’est s’engagée, avec le parti pris de créer une maison de vacances adaptée, tant par son architecture que par la qualité d’un accueil spécifique pour des personnes gravement handicapées. Son implantation en Presqu’île Guérandaise présente l’intérêt d’une grande diversité d’attrait touristique (plage, marais salants, ports de pêche, parc régional de Brière...). Elle possède également l’atout d’être desservi par un excellent réseau routier et ferroviaire qui facilite son accès. En ouvrant une résidence de vacances adaptée, il n’est pas question de cautionner une forme d’exclusion des personnes en situation de handicap du reste de la population.
Parallèlement aux indispensables gestes d’assistance prodigués, l’aide à l’insertion sera induite par la dimension humaine de la maison. Au coeur d’un site touristique, sa conception pour l’hébergement de quatorze personnes, s’intègrera à l’environnement. Elle permettra aux vacanciers de fréquenter les boutiques, y acheter un illustré, des souvenirs, y boire un café, se divertir...rencontrer des gens ordinaires et entrer dans le grand circuit des échanges, non seulement des marchandises mais aussi des paroles et des informations.

Le projet de l’association Rivage s’inscrit dans le respect du cadre réglementaire reconnaissant le tourisme comme un droit fondamental, auquel toute personne vulnérable doit avoir accès, quels que soient l’origine et la nature de sa déficience, son âge ou son mode de vie.